Alors que le groupe se dirige vers la bibliothèque, Ezekiel ressent une présence qui les suit. Dans l'ombre ? Sur les toits ? Les vents ne lui pas encore tout expliqué, d'un autre côté il n'a jamais comprit ni expliqué cette sensation. Il a toujours eu une vu relationnelle de la magie. Pour lui un sort qui n'a jamais été apprit ne peut pas être utilisé, surtout par lui. Il n'a jamais été un 'jeune prodige', il a du énormément travailler ne serait-ce que pour apprendre les 2 sorts qu'il utilise le plus couramment.
Mais ce coup-ci, il le sentit bouger dans l'ombre, un gros déplacement d'air. Il en déduisit que son poursuivant devait être 'volumineux'.

Sur son toit, Adeline pensait en les regardant s'approcher de l'église de la chouette : "Eh, ... non, ..., faut pas aller dans ces lieux-là, ... Les seuls toits de la ville (à part les immeubles high-tech et les grandes demeures seigneuriales) qui sont surveillés pour la raison de la présence de sculptures faisant partie du patrimoine de la ville. 

Bon, tant pis pour ma curiosité contemplative. Il va me falloir me montrer ou renoncer."
Elle descendit calmement et aussi silencieusement que possible dans un recoin, puis déambula vers eux comme un badaud, rentrant chez lui après une soirée festive. Elle Leur coupa la route comme si perdue dans ses pensées et juste avant de les percuter s'arrêta, l'air interdite. Elle les dévisagea tour à tour, le regard un peu vide en lançant à chaque fois un bonsoir accompagné d'un hochement de tête et d'une mâchoire qui ne se refermait que lentement, comme fatiguée.

Ezekiel, ne sut pas trop quoi faire : d'un coté cet être volumineux et menaçant, et de l'autre une personne, probablement un pickpocket, qui leur coupe la route... 

En premier lieu, il contrôla sa poche pour contôler la présence de son portefeuille puis il pris une grande inspiration pour se calmer et tenter de réfléchir calmement à la situation.
Finalement, il salue vite fait ses compagnons et se dirige vers le commissariat pour essayer de savoir ce que la police sait ... Il les rejoindra à la bibliothèque plus tard dans la soirée faignant d'ignorer sa la présence dans l'ombre et la personne venant à leur rencontre. Ce stratagème lui permet de déterminer si c'est lui qui est suivi ou un de ses compagnons et d'agir en conséquence...

Adeline était un peu déçue. Certes ces êtres allaient cotoyer la mort, mais il n'y avait rien d'imminent, ni d'immense dans aucun d'eux. Elle s'amusa à faire des suppositions : ils seraient sans doute dans le bus qui renverserait un passant. En fait non, elle voyait en eux plus de potentiel décès que ça. Ils tueraient en état de légitime défense, car cela n'avait rien a voir avec une éponge à emotion mortuaire comme le serait un tueur en série. Oui, il n'y avait pas d'épée de damocles sur aucun d'eux, pas d'envie de se suicider ou de tuer permanente : Le meutre par nécessité. Elle en était là de ses pensée quand elle surpris du coin de l'oeil le plus cossu d'entre eux à prendre une grande bouffée d'air. Elle lui aurait fait de l'effet ? C'est à dire autant d'effet que ça ? Son look bon chic bon genre, pété de tune cadrait bien avec une petite phobie des classes sociales inférieures et gens de la rue, mais pourquoi dans ce cas sortir si tard ? Non, celà ne pouvait pas être celà. Elle compris à ce moment que quelque chose d'autre tiltait avec ces gens là. Ils étaient décaler et à leur place à la fois dans la rue à cette heure. Ils l'étaient comme seuls des êtres de pouvoir pouvaient l'être. Il l'avait sentie, ressentie, perçue, tout come elle venait de le faire avec eux. Elle avait soudain une envie folle d'en savoir encore plus sur eux. Alors qu'elle arrivait en fin de ruelle, elle vit le groupe se séparer. Le mec en costard s'eclipsait d'un pas décidé tendis que les deux autres s'avançait vers la bibliothèque. Elle sourit a l'idée qu'ils allaient peut-être attendre toute la nuit jusqu'à l'ouverture. Nan, plus sérieusement, elle voulait voir de quels pouvoirs ils disposaient pour y entrer à cette heure. Elle se serait bien installée sur le toit de l'église pour les observé, mais il n'était pas très sage d'aller ainsi dérangés des gardiens. Elle opta donc pour faire le tour du paté de maison en espérant que le partant continuerait de son pas décidé et ne lui ferait pas raté leur entrée en l'obligeant à attendre qu'il passe.

Dans son déplacement, Ezekiel persevait nettement un regard lourd sur lui et que le quelque chose dans l'ombre l'observait lui. D'un coup une sorte d'énorme et longue langue sortie de l'ombre et fonça sur lui, l'origine de cette dernière était toujours dans l'ombre .... sans aucun doute l'animal savait utilisé à merveille les sorts de manipulation d'ombre. La langue l'aurait sans aucun doute atteindre si une puissante bourrasque n'avait pas dévié sa trajectoire.

Surpris et un peu désorienté, le groupe regardant dans l'ombre essayant de voir la créature les ayants attaqués. Une sorte de gorille avec une tête de crapeau commençait à sortir du néan. Les poils de la bête était d'un violet luisant.
Kyoweyl utilisa ces sens de licorne pour persevoir les traits magiques de la créature. Avant qu'il n'est le temps de dire ouf, il fut pris de malaise, tombant et se mit à prendre de grand bouffé d'air comme s'il n'arrivait plus à respirer.
Lectra se mit en position défensive.