Adeline divaguait de façon nocturne sur "son" toit près des cages de volatiles qu'elle élevait pour les besoins de ses rituels de prémonition druidique. Banshee malgré elle, elle en épousait parfaitement la morosité, morbidité et son côté asocial. Elle avait pris une petite dose, pour éviter l'ennui, et elle regardait en bas s'il n'y avait pas une voiture, un tant soit peu rutilante, pour y envoyer les défections de ses oiseaux, dont elle venait de nettoyer les cages.

Comme elle le disait à ses clients : "ne vous en faites pas, la drogue n'est qu'un focus pour ma magie de divination elle est consommée par la magie et je suis toute a fait apte, sitôt ma transe achevée de vous redonner tous les détails et d'en discuter avec vous de façon cohérente" Sauf une fois, ... (funball ?) mais il lui arrivait, lorsqu'elle s'ennuyait de consommer un peu sur son stock d'ingrédients,...

Là, ce soir, elle hallucinait sans trop comprendre pourquoi d'un corps, enterré dans un cercueil, qui, équipé d'une bougie, d'une plume et d'un encrier, rédigeait un livre. Venait ensuite la surprise des ouvriers qui apportaient les gisant et pierre tombale auprès de cet emplacement vide ..., ..., ...

Recouvrant lentement ses esprits elle décida d'aller prendre un dernier verre à l'Antre II. Il lui restait une bonne heure avant la fermeture, elle pourrait y prendre un verre en essayant de comprendre cette hallu, un peu trop morbide et réelle pour être prise à la légère.

 

Sur le trajet du bar, elle ressentie dans tous ces entrailles ce qu'elle connaissait trop bien, l'odeur de la mort. Elle regarde toutes les personnes autour d'elle, tous les groupe se trouvant dans les alentours. Certain allez être confronté à la mort dans la soirée, dans l'heure, voir dans la minute. Après une scrutation rapide, elle les trouva. Un groupe de trois personnes, un homme habillé en costume de bureau, une fille en tenue extravagante et un autre homme vêtu comme une caricature de bibliothécaire anglais.

 

Adeline sait qu'elle devrait les laisser allez, que ce n'est pas son affaire ... mais qui est-elle pour refréner ça curiosité ?

 

< FIN SCENE 02 >